Les Hopis, une autre vision du monde.

“Nous sommes ceux que nous attendons…”

C’était le mot d’ordre des représentants de peuples premiers qui étaient venus, avec l’essayiste écologiste Naomi Klein, porter un message d’espoir et un appel à la raison devant les présidents réunis à la Cop21. Ils ont été refoulés aux frontières, pour la plupart, et la présence de la société civile sur les bancs de la conférence interdite.
Ce message vient de la prédiction coutumière d’un sage Hopi, dont il va être question ici.

[ « La planète a été là bien avant nous, et continuera à l’être longtemps après que nous aurons été anéantis. Le plus grand défi auquel nous faisons face est de changer la conscience humaine, pas de sauver la planète. La planète n’a pas besoin d’être sauvée. Nous, en revanche, oui ». 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit pas d’un extrait d’un discours de Leonardo Di Caprio, mais de paroles d’un indigène de quinze ans, Xiuhtezcatl Tonatiuh.

Xiuhtezcatl (prononcé shoe-tez-cat) est le jeune directeur des « Earth Guardians », une organisation environnementale à but non lucratif, visant à protéger l’eau, l’air, la Terre et l’atmosphère. Lancée en 1993 avec la première génération de jeunes engagés, il s’agit aujourd’hui de la troisième des Earth Guardians.

Eux-mêmes se décrivent ainsi sur leur site internet:
« Nous sommes une tribu de jeunes activistes, artistes et musiciens du monde entier se mettant en avant comme des leaders et co-créant le futur que nous savons possible. Nous sommes ceux que nous attendons. »

Présents à la conférence des jeunes (COY11) puis à la COP21 toujours à Paris en fin d’année 2015, ils voyagent dans le monde entier pour donner des conférences, rencontrer des jeunes dans des écoles et participer à des festivals. ]

Publié par Impact le

Nation indienne de l’Arizona et du Nouveau-Mexique

Peuple pacifique et profondément religieux, remarquables agriculteurs, potiers et tisserands, les Hopis ont réussi mieux que tous les autres Indiens à préserver leur culture.

 

Le nom “Hopi” vient de l’Uto-Aztèque et signifie “Peuple de la Paix”.

Chez les Hopis, qui font preuve d’une grande maîtrise de l’irrigation, les hommes se chargent de l’agriculture, les femmes construisent les maisons, fabriquent avec de l’argile des bols, des pots, des cruches, ornés de motifs géométriques, les hommes tissent les couvertures, les vêtements avec des fils de coton teints, puis, plus récemment, avec la laine de moutons et de chèvres acquise auprès de leurs voisins les Navajos.

Pacifiques et industrieux, les Hopis ont pourtant resisté courageusement aux Apaches et aux Navajos, aux Athapascans venus du nord pour piller leurs récoltes, et aux Espagnols venus du Mexique au XVIIè siècle qui voulaient les christianiser.

La religion occupe toujours une grande place dans leur vie. Les Hopis estiment être venus du monde souterrain et avoir déjà traversé trois “mondes” qui se sont terminés chacun par une catastrophe. A de nombreuses reprises, leurs sages ont mis la société moderne en garde contre les folies du développement et du progrès technologique qui, pensent-ils, ne pourront qu’entraîner la fin cataclysmique du “quatrième monde”, celui dont nous sommes.

Le conseil tribal hopi institué par la Loi de Réorganisation Indienne de 1934 est dominé par les Mormons depuis de nombreuses années. Il est accusé par les traditionalistes hopis de privilégier les intérêts économiques aux dépens de la culture hopi.

En 1974, le Congrès des Etats-Unis a adopté la loi PL 93-531, qui décidait du partage d’une zone jusque là commune aux Navajo et aux Hopi, et de la déportation et ‘relocalisation’ forcée de milliers de familles Navajo de Big Mountain. La loi a été votée en plein scandale du Watergate, par conséquent, la plupart des Sénateurs et Représentants étaient absents des discussions de la loi PL 93-531, ne venaient que quand ils entendaient la cloche annonçant le moment de voter, demandaient à leurs assistants quelle était la position des Sénateurs-vedettes afin de décider de leur vote.
A l’époque, le plus célèbre et influent était le Sénateur d’Arizona Barry Goldwater, ex-candidat aux présidentielles, connu alors en Europe comme démagogue populiste d’extrême droite.
Juste avant que la question de Big Mountain ne soit noyée par le scandale du Watergate, le conseiller juridique – Mormon – de la tribu Hopi, qui s’est avéré plus tard avoir été aussi le conseiller juridique de la firme Peabody Coal – fondée par des Mormons – (qui est toujours la plus grande compagnie charbonnière du monde), et avoir travaillé pour la firme de Relations Publiques – Mormone – qui se chargeait de manipuler les médias, avait réussi à présenter l’affaire comme une guerre tribale dévastatrice entre les Hopi et les Navajo (voir l’article ici)

Leurs anciens sont des porteurs de la sagesse spirituelle et des traditions. Pendant longtemps, ils ont gardé secrètes leurs traditions spirituelles, puisqu’ils n’étaient pas respectés. Les temps ont changé et certains délivrent leurs messages de paix et appellent l’humanité entière à choisir de changer de mentalité et de façon de vivre.

En 1946, après l’explosion des deux bombes nucléaires au Japon, 4 chefs Hopi (Dan Katchongva, Thomas Banyacya, David Monongye et Dan Evehema)  ont été mandatés pour révéler publiquement la sagesse et les enseignements traditionnels Hopi, y compris les prophéties hopi concernant le futur.
C’est pourquoi ils ont parlé et autorisé que leurs paroles soient transcrites par écrit et diffusées. (L’explosion des bombes atomiques correspond à leurs prophéties, qui sont gravées sur des tablettes de pierre : Une route vers le ciel sera réalisée et on inventera quelque chose que les Hopi appellent une ” gourde de cendres “, une gourde qui lorsqu’elle tombera sur la terre brûlera tout ce qui s’y trouve et empêchera quoi que se soit de pousser durant de longues années ). 

Les prophéties des Hopis sont gravées sur des tablettes de pierre, qui sont pour eux des instructions et guidances que leur a donné le créateur au début de leur tradition.

Dan Evehema était un chef spirituel des Hopi, prêtre du Serpent, Père Kachina, et membre du Clan des Géocoucous de  Californie (un oiseau coureur). Il a lui aussi été parmi les 4 Hopi qui ont      décidé ou ont été mandatés pour révéler publiquement la sagesse et les enseignements traditionnels Hopi en 1946. Si on ne connait pas  sa date de naissance, on sait qu’il avait environ 108 ans quand il est mort le 15 janvier 1999 à Hotevilla (Arizona).

Voici son message daté de 1996, délivré à Hotevilla, traduit en français par Didier Wolfs.

 

Aujourd’hui, nous devons faire face à de grands problèmes, non seulement ici mais à travers tout le pays. Les anciennes cultures sont annihilées. On prend la terre de notre peuple, et il n’est plus rien que nous puissions appeler “à nous”. Pourquoi est-ce que cela se passe ainsi ?

Cela se passe parce que beaucoup ont abandonné ou manipulé les enseignements spirituels originaux. La façon de vivre que le Grand Esprit a offert à tous les peuples du monde, quelles que furent les instructions originales, n’est plus honorée. C’est à cause de cette grande maladie appelée avidité qui infecte toutes les terres et tous les pays, que des gens simples sont en train de perdre ce qu’ils ont gardé durant des milliers d’années. Nous sommes aujourd’hui à la fin du chemin.

De nombreuses personnes ne reconnaissent plus le chemin du Grand Esprit. En fait, ils n’ont pas de respect pour le Grand Esprit ou pour notre Mère la Terre, qui nous a donné la vie. Notre ancienne prophétie nous avait prévenu que cela arriverait.

On nous a dit que des hommes essayeront d’aller sur la lune, qu’ils rapporteront quelque chose de la lune et qu’ensuite, la nature montrerait des signes de perte d’équilibre. Maintenant nous voyons tout cela arriver.

A travers la terre entière, il y a de nombreux signes montrant que la nature n’est plus en équilibre. Inondations, sécheresses, tremblements de terre et grandes tempêtes se produisent partout et causent beaucoup de souffrances.

Nous ne voulons pas que cela se passe dans notre pays et nous prions le Grand Esprit afin qu’il nous épargne ce genre de choses. Mais il y a maintenant des signes qui indiquent que cela risque de se passer chez nous très bientôt.

Nous devons maintenant nous considérer comme frères et sœurs. L’heure n’est plus à la division entre les peuples.

Aujourd’hui, je lance un appel à chacun d’entre nous, ici à Hotevilla où nous sommes coupables de commérages et de créer la division au sein de nos familles, mais aussi au reste du monde où le vol, la guerre et le mensonge sont quotidiens. Ces divisions ne nous sauveront pas. La guerre entraîne la guerre, pas la paix.

Ce n’est qu’en nous unissant dans une Paix Spirituelle, nos cœurs remplis d’amour les uns pour les autres, pour le Grand Esprit et la Terre Mère, que nous seront sauvés du terrible Jour de la Purification qui arrive.

Beaucoup d’entre vous sont des gens honnêtes. Nous nous connaissons spirituellement car nous sommes les “Grands-Pères de la Société des Hommes” qui a été chargée de prier pour vous et pour toutes les créatures de la terre, n’oubliant jamais rien ni personne dans nos cérémonies.

Nous prions pour avoir une vie heureuse et remplie de pluie douce qui rendra nos récoltes abondantes. Nous prions pour l’équilibre sur terre, pour vivre en paix et laisser un monde magnifique aux futures générations. Nous savons que vous avez de bons cœurs mais ce n’est pas assez pour nous aider à faire face à nos gros problèmes.

Dans le passé, certains d’entre vous ont essayé de nous aider, nous les Hopi, et nous vous serons toujours reconnaissants pour vos efforts. Mais c’est aujourd’hui que nous avons le plus besoin de votre aide. Nous voulons que tous les peuples de la terre connaissent notre situation.

Ce pays que les gens appellent le Pays des Libertés célèbre de nombreux jours rappelant aux peuples de la terre qu’il en est ainsi. Mais depuis plus de 200 ans, les Américains d’origine n’ont pas vu un seul jour de liberté. Nous souffrons aujourd’hui l’insulte finale.

Notre peuple perd aujourd’hui la seule chose qui donne un sens à la vie – c’est la terre où nous faisons nos cérémonies que l’on est en train de nous prendre. Hotevilla est le dernier lieu Native American saint, consacré et préservé pour le Créateur. Comme le dit la prophétie, ce lieu sacré doit conserver ses chemins spirituels ouverts.

Le village est le vortex spirituel que les Hopi peuvent utiliser pour guider les nombreux Amérindiens qui commencent à se réveiller mais aussi tous ceux qui ont un vrai cœur, vers leur culture propre et unique. Hotevilla fut établie par les derniers aînés spirituels afin de maintenir la paix et l’équilibre sur ce continent depuis la pointe de l’Amérique du Sud jusqu’à l’Alaska.

 

Beaucoup de nos amis disent que Hotevilla est un lieu sacré, un trésor national et mondial et doit être préservé. Nous avons besoin de votre aide.

Où est la liberté pour laquelle vous vous êtes battus et avez sacrifié vos enfants ? Est-ce seulement le peuple Indien qui a perdu ou est-ce que tous les Américains ont perdu ce qu’ils étaient venus chercher ici ?

Nous ne partageons pas la liberté de la presse parce que ce qui se trouve dans les journaux est ce que le gouvernement veut que les gens croient, pas ce qui est réellement en train de se passer. Nous n’avons pas la liberté d’expression car nos propres frères nous persécutent lorsque nous exprimons nos croyances.

Nous sommes arrivés à l’étape finale et il reste une dernière force qui va emporter ce qui reste de notre terre natale. On nous refuse encore de nombreuses choses, y compris le droit de pratiquer nos rites et de vivre en accord avec nos enseignements religieux. Les leaders Hopi ont prévenu les leaders de la Maison Blanche et de la Maison de Verre (les Nations Unies) mais ils n’ont pas écouté.

Aussi, comme le dit notre prophétie, c’est au tour de ceux qui ont un coeur pur et bon et qui n’auront pas peur de nous aider à accomplir notre destinée dans la paix pour ce monde.

Nous nous trouvons aujourd’hui à la croisée des chemins et nous devons choisir entre celui qui nous mènera à la vie éternelle ou celui qui nous mènera à la destruction totale.

Nous pensons que le pouvoir spirituel des êtres humains qui s’exprime à travers les prières est si puissant qu’il peut décider de la vie sur terre.

Tellement de gens sont venus en pays Hopi pour nous rencontrer. Et nous avons rencontré certains d’entre vous dans vos pays. De nombreuses fois, on nous a demandé comment on pouvait nous aider. Maintenant j’espère et je prie pour que votre aide nous arrive.

Si vous disposez d’un moyen pour propager la vérité, les journaux, la radio, les livres ou encore si vous pouvez rencontrer des gens puissants, dites la vérité ! Dites leur ce que vous savez être vrai. Dites leur ce que vous avez vu ici, ce que vous avez entendu et ce que vous avez vu de vos propres yeux.

De cette façon, si nous tombons, il sera dit que nous aurons essayé, du début à la fin, de rester fidèle au chemin de paix comme le Grand Esprit nous avait enseigné de le faire.

Si vous réussissez, nous réaliserons toutes nos erreurs du passé et nous retournerons vers le vrai chemin de la vie en harmonie, comme des frères et des sœurs, partageant notre mère, la terre, avec toutes les autres créatures vivantes.

De cette façon, nous pourrons créer un monde nouveau. Un monde qui sera conduit par le Grand Esprit et notre mère apportera du bonheur à tous.

Dieu vous bénisse, chacun d’entre vous et sachez que nos prières pour la paix rencontrent les vôtres chaque fois que le soleil se lève ou se couche. Puisse le Grand Esprit vous guider en sécurité sur le chemin de l’amour, de la paix, de la liberté et de Dieu sur notre Terre Mère. Puissent les saints ancêtres de l’amour et la lumière vous garder en sécurité sur vos terres et dans vos maisons.

Priez pour que Dieu vous donne un rôle important dans cette grande tâche qui nous attend et qui consiste à apporter la paix sur terre.

Nous les Hopi possédons encore les tablettes sacrées et nous attendrons la venue de notre Vrai Frère Blanc et de tous ceux qui sont prêts à travailler pour la paix du Créateur sur terre.

Portez-vous bien, mes enfants et ayez des pensées de paix et d’unité. Paix à toutes les vies sur terre et paix dans nos maisons, nos familles et nos pays.

Aux yeux du Créateur, nous ne sommes pas si différents.

C’est le même Grand-Père Soleil qui irradie son amour sur chacun d’entre-nous chaque jour, tout comme notre Mère la Terre prépare chaque jour de quoi garnir notre table. C’est bien ce qu’ils font ?  Nous ne formons qu’un, après tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut