Didier Fradin, ​

Né le 25 Mai 1955, j’habite à la Madeleine, près de Lille, dans le grand Nord. Trois filles, deux petites filles, aux trois coins de la France.

Marin à la voile jusqu’en 75, puis à pompon à Brest sur un dragueur de mine pendant un an, rangé finalement comme officier de Marine Marchande jusqu’en 1981.
18 années d’illustration publicitaire, puis divers jobs dans la com, un peu de webtv, retouche photo images 3D.
En 2015, je quitte définitivement la pub, et me rend, tardivement, (et oui !), à l’évidence que ce monde ne tourne définitivement pas rond.

J’ai essayé la politique d’abord en adhérent à un parti politique, Nouvelle Donne, arrêtons de croire aux pros de la politique, leurs promesses  n’engagent que ceux qui y croient…
Je me suis dit alors que si l’on demandait à un groupe de citoyens, tirés au sort, par exemple, de s’envoyer eux-même ou d’envoyer leurs enfants à la guerre, l’urgence absolue de ce genre de décision pourrait passer au deuxième plan.

J’ai donc frappé à la porte d’un collectif qui se montait, #MAVOIX, dont le principe était de favoriser l’empowerment citoyen, faisant le projet de hacker l’Assemblée Nationale en y faisant élire des citoyens volontaires, formés et tirés au sort, dans le but de voter, pendant 5 ans et sur toutes les lois, à la proportionnelle de ce que des citoyens auraient voté sur une plateforme numérique dédiée.
Une expérience superbe, qui portait inscrite en elle sa propre fin, selon le principe de la “compostabilité des organisations“, après les élections législatives 2017.

Inspiré par le modèle de Saillans, je rentre dans le collectif La Belle Démocratie, assez proche dans l’esprit de #MAVOIX, mais cette fois au niveau local. Très local, même, le but étant de provoquer et d’accompagner l’émergence d’assemblées d’habitants, à l’échelle d’un bassin de vie. La particularité en sont les festivals “Curieuses Démocraties”, organisés par les assemblées elles_mêmes, dans leur commune, où elles recoivent leurs pairs d’autres coins de France, et s’acculturent entre elles, et certains outils que je décrirai à d’autres endroits de ce site.
Du coup, je me suis intéressé de près au municipalisme, aux Communs, et participe à l’Archipel Osons les Jours Heureux.
J’ai la certitude que tous ces projets sont liés, et ne font qu’un au final, vaste et complexe, qui s’articule autour de l’idée d’une transition vers un monde nouveau, une autre voie comme l’appelle Edgar Morin, la seule à mon sens permettant de faire face à l’effondrement déjà entamé.

Merci d’avance pour votre intérêt.

Tout ça n’est pas si sérieux, je ne suis qu’un amateur, et  j’aurai, au final, fait ce que mes fesses ont pu🙂

« Pour l’instant, vivez les questions. Peut-être, un jour lointain, entrerez-vous ainsi, peu à peu, sans l’avoir remarqué, à l’intérieur de la réponse. »

Rainer Maria Rilke

Partager :

WordPress:

J'aime chargement…
%d blogueurs aiment cette page :